Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/06/2009

L'olivier : ça râle et ça râle...

Olive_z03.jpgAujourd'hui, ça râle de partout. Compréhensible, mais pourtant l'évidence était là, la jamaïcaine n'avait aucune chance ! Ben oui...

Je vous rappelle ce qu'il en est des majorités :

Bruxelles
Olivier : 61%
Jamaïcaine : 65%

Wallonie
Olivier : 67%
Jamaïcaine : 57%

Si on considère que les wallons sont bien plus nombreux et qu'il faut une certaine cohérence entre les deux gouvernements, je crois qu'il n'y a pas photo.

 

Lire la suite

01:08 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, cdh, écolo, reynders, javaux, di rupo

31/05/2009

Régionales 2009 : Analyse des mesures sur l'emploi

Suite à mon billet reprenant le récapitulatif des mesures des différents partis pour les domaines de l'emploi et des transports, je vous livre maintenant mon analyse et mes notations sur les mesures relatives à l'emploi.  On observe que le MR est très mal placé ce qui rejoint l'avis de l'association Free pour entreprendre dont je parlais dans ce fameux billet. Surprenant ! Cette analyse m'est propre, mais j'ai essayé de la faire sans rentrer dans un état d'esprit partisan.

 

Formation professionnel (emploi)

Pour ma part, je pense qu’il y a un véritable fossé entre les différentes populations bruxelloises, et qu’il est donc temps de mettre de réels moyens chez les plus jeunes, aussi bien pour la formation pratique que pour la formation générale.

Le PS est plus tolérant et favorise les formations sans condition préalable. Ils insistent sur l’alphabétisation qui est vraiment nécessaire à Bruxelles. Cote : 7/10

Les écolos s’adressent à un public plus large, ils ne cherchent pas à faire de la chasse aux chômeurs. Ils cherchent à accentuer les efforts pour mieux toucher les populations défavorisés. Ils veulent aussi que les entreprises participent plus à l’effort financier pour la formation de leur propre personnel. Cote : 6.5/10

Le MR pose un constat très différent des autres partis. Ils pensent que les formations sont mal orientées, qu’il faudrait plus se concentrer sur le besoin réel des entreprises. Cote : 4/10

Le CDH favorise la formation des très jeunes, mais a tendance à opter pour la politique « chasse aux chômeurs ». En effet, ils obligent le demandeur d’emploi à signer un contrat très contraignant comme condition sine qua non pour l’accès à des cours langues et TIC. Ils cherchent cependant à rétablir l’équité en offrant des formations à ceux qui n’y ont peu ou pas eu accès pendant leur jeunesse. Cote : 5.5/10

Entreprenariat

Tous les partis prônent certaines choses en commun, certaines mesures comme « inculquer l’esprit d’entreprenariat aux jeune » sont très floues et semblent plus démagogiques qu’autre chose (CDH, MR). Tous veulent faciliter l’accès au crédit, et pour les trois partis les plus à gauche, l’aide pour les procédures administratives est importante. Le PS insiste sur une « plus grande répression » contre les fraudeurs pour atteindre une meilleure équité, mais également pour défendre le droit des travailleurs. Les écolos se démarquent nettement par l’originalité de leurs mesures, d’une part en favorisant les PME investissant dans la construction écologique, d’autre part dans une aide pour les toutes petites entreprises en diminuant les cotisations sociales pour les deux premiers travailleurs. CDH : 6/10, PS : 9/10, Écolo : 9/10, MR : 5.5/10

Recherche et innovation

Tous les partis sont en faveur du plan régional d’innovation mis en place en 2006, il se concentre principalement sur trois secteurs porteurs, les TIC, la santé et l’environnement. Les partis se différencient plutôt au niveau du financement de la recherche universitaire. CDH et écolo sont les plus concrets, et les plus en faveur d'une augmentation des moyens pour les chercheurs universitaires, et pour la valorisation des statuts des chercheurs. CDH : 9/10, PS : 6/10, Écolo : 9/10, MR : 5/10

Recherche d’emploi

Ici, les avis sont très tranchés, le CDH et le MR choisissent la voie "chasse aux chômeurs". Le MR veut que les distances et les horaires ne puissent pas être un prétexte pour refuser un emploi. Les écolos proposent une sorte de « pacte » : engagement des entreprises à prendre des employés contre réductions des cotisations patronales. Le PS cherche à encadrer les demandeurs d’emploi à un niveau local (vu les inégalités concentrées dans certaines zones géographiques à Bruxelles, ce n’est pas une mauvaise idée). CDH : 6/10, PS : 7/10, Écolo : 7/10, MR : 5/10

 

30/05/2009

Régionales 2009 : Mais que font les journalistes politiques ?

La campagne bat son plein.

On aurait pu croire que les médias allaient se pencher sur les détails des programmes respectifs, les analyser, mettre en avant les différences. Le Soir a bien tenté la chose. Pendant une semaine, nous aurons eu droit à un thème par jour, sur une page. Un peu faible pour comparer des programmes comptant des centaines de pages. La Libre Belgique ne fait pas mieux.

Un sondage presque quotidien, les analystes politiques intérprêtant les chiffres comme des adolescents attardés qui auraient reçu un nouveau joujou. On en vient à se demander si ces spécialistes de la politique se sont effectivement penchés sur ces programmes.

Par contre, on a droit tous les jours à une flopée de petites phrases assassines. Didier Reynders vs Élio Di Rupo tiennent à tenir le sommet de l'affiche. Les médias accourent, les vampires assoifés de sang n'auront pas à se décarccaser pour vendre leurs journaux.  On les disait intelligents, pourtant, ils tirent le débat vers le bas, exacerbant les sentiments du citoyen moyen obligé de se positionner face à cette bataille idéologique de bas niveau. Au grand bonheur des écolos qui récoltent les fruits de cette petite guerre stérile, mais au détriment du débat d'idée.

Didier Reynders  : "On ne peut pas bâtir un paradis environemental sur un désert économique", petites phrases dont il est le spécialiste, mais dont il use et abuse au détriment d'arguments sérieux sur son programme. Il répondait à un internaute dans un chat organisé par Le Soir qu'il ne faut pas se fier aux slogans du PS. Un peu pathétique pour un spécialiste de la démagogie, souvenons-nous que cette phrase, il l'utilisat déjà contre le PS. Rappelez-vous : "On ne crée pas un paradis social sur un désert économique". Assez semblable aux paroles de Louis Michel qui, à propos de la question des sans-papiers, lançait : "Notre pays n’a pas les moyens d’accueillir sur son territoire toute la misère du monde", phrase oh combien célèbre, mais incomplète de Michel Rocard :"La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part". Le MR serait-il à ce point en manque d'imagination ?

D'autre part, comble du ridicule pour un parti libéral, l'association Free pour entreprendre, dans un article de la Libre, constate : Depuis 2004, tout ce qui a été fait est critiqué, l’analyse est très partisane et il y a peu de propositions concrètes", soulignent les auteurs qui s’étonnent que l’esprit d’entreprendre ne soit pas abordé une seule fois dans les 25 pages du chapitre traitant de l’Enseignement, à propos du MR.

On se marre, et on confirme ce que l'on savait, le MR n'est pas un parti libéral. Tout au plus veut-il diminuer les taxes. Quel dommage, nous aurions tellement aimé avoir de vrais adversaires.

On a d'ailleurs appris dans un article de la Libre que des notes circuaient dans les différents partis cherchant des poux aux écolos, en vain.

Pendant ce temps là, au parti socialiste, c'est l'hécatombe, les affaires fusent et le PS tombe, tombe, on ne descend pas un homme déjà à terre. Mais il faut, par souci d'honnêteté, rappeler que toutes ces affaires ne concernent que la Wallonie. Nous allons voter pour les régionales, aussi, serait-il injuste de punir des personnes compétentes, qui quoi qu'on en dise, font du bon boulôt avec leurs maigres moyens.

Nous nous sommes penchés pour notre part, sur les différences des programmes à Bruxelles, pour les deux domaines que sont la mobilité et l'emploi. Nous avons donc parrcouru ces programmes, truffés de fautes d'orthographe et illisibles (CDH).

Les données sont rassemblées dans ces deux tableaux :

Il faut préciser que j'ai fait ce tableau selon mes ordres de priorité en essayant de relever les grosses différences entre les partis.

(Les tableaux s'affichent mal, vous pouvez les retrouver sur cette page : Actu-flexion.over-blog.com)

 

Mesures

(emploi)

CDH

PS

Écolo

MR

Formation professionnel

-   Création de chèque langue et TIC pour tout chercheur d'emploi signant un CPP.

-   Revalorisation de l'enseignement technique et professionnel, investissement dans du matériel de pointe.

-   Plan d'investissement massif dans la formation et l'enseignement.

-   Crédit formation pour ceux qui n'ont pas terminé l'école.

-   5000 nouvelles places de formation.

-   Offre de formation en langue (chèques langues, néerlandais).

-   Alphabétisation.

-   Favoriser la reprise d'étude (toute catégorie, sans perte de ses droits sociaux).

-   Instaurer un crédit « formation permanente » inversement proportionnel à la durée du parcours scolaire.

-   Redéployer le congé-éducation payé.

-   Développer un plan ambitieux d'alphabétisation

-   Soutenir l'enseignement de promotion sociale.

-   Recentrer certains dispositifs au bénéfice des publics moins qualifiés.

-   Développer le tutorat et les expériences de compagnonnage.

-   Exiger des efforts de formation plus importants des secteurs

-   Rapport résultat/coût trop élevé. Prône une étude sur l'efficacité réelle.

-   Revoir les modules de formation pour correspondre à la demande des entreprises.

-   Néerlandais (promotion).

Entreprenariat

-   Inculquer l'esprit d'entreprenariat aux jeunes.

-   Accélérer la simplification et la rapidité d'exécution des procédures administratives.

-   Accentuer et simplifier l'accès au crédit.

-   Aide aux entrepreneurs (information et conseils de qualité).

-   Aide aux entrepreneurs et aux indépendants par une facilitation de l'accès au crédit, une simplification des démarches administratives.

-   Lutte contre la concurrence déloyale.[1]

-   Adopter un pacte intergouvernemental de soutien à l'initiative.

-   Développer l'aide au démarrage.

-   Lancer des chèques « accompagnement en gestion ».

-   Réduire la TVA de 21 à 6 % dans l'éco-construction et l'éco-rénovation.

-   Réduction des cotisations sociales pour l'engagement des deux premiers travailleurs.

-   Faciliter l'accès au capital à risque pour les PME.

-   Inculquer l'esprit d'entreprenariat aux jeunes.

Recherche et innovation

-   Mettre en place un pôle d'excellence « énergie et environnement » , améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments.

-   Soutenir le développement de la recherche et l'innovation dans le secteur du développement durable.

-   Faire croître le budget de la recherche fondamentale, refinancer le FNRS, meilleur salaire pour chercheurs, étendre FRIA aux sciences humaines.

-   Ciblé les moyens sur quelques secteurs porteurs (santé, TIC, environnement).

-   Augmenter les moyens pour la recherche et l'innovation.

-   Mécanisme d'aide essentiellement sur les secteurs technologiques ou innovants.

-   Aide si entreprise orienté si porteuses d'emploi et si à orientation « durable ».

-   Investir 1 milliard € public dans la recherche.[2]

-   Instaurer un monitoring permanent des investissements en recherche et innovation.[3]

-   Valoriser les chercheuses et chercheurs.[4]

-   Favoriser la recherche dans les secteurs verts.

-   Plan régional d'innovation actuel peu performant.[5]

-   Politique de sélection très rigoureuse.

-   Les efforts doivent porter sur des programmes de recherche pouvant donner lieu à des applications concrètes et porteurs au niveau de l'emploi.

Recherche d'emploi

-   Obligation pour chercheur d'emploi, s'inscrire dans un contrat de recherche d'emploi.

-   Organisation d'aide à la recherche d'emploi par des cellules « locales ».

-   Combattre les pièges à l'emploi.[6]

-   Eviter les effets couperets ou effets de seuil.

-   Conditionner les futures réductions de cotisations patronales et d'impôt à la création globale d'emplois.

-   Soutenir les projets d'insertion socioprofessionnel et arrêter la chasse aux chômeurs.

-   Améliorer la définition de l'emploi de qualité.

-   Faire accepter le principe de la mobilité.

-   Faire accepter le principe de flexibilité aux jeunes.

-   Activer la mise au travail du chômeur.[7]

Mesures hors autres catégories

-   Investissement dans le secteur des services aux personnes et dans les métiers du cœur.

-   Réduire exceptionnellement, pendant la période de crise, la durée du travail ( 4/5 et 3/4 temps).

-   Améliorer la mobilité des travailleurs (prime, formation langue).

-   Déployer la dimension internationale de Bruxelles.

-   Développer l'économie sociale. [8]

-   Développer le tourisme (emploi, valorisation à l'étranger)

-   Soutenir les industries culturelles.

-   Introduire un mécanisme d'échange « salaire contre temps ».[9]

-   Aménagement de l'horaire de travail.

-   Critique de l'économie sociale, nécessité d'une rentabilité financière et création d'emploi correspondant à des besoins.

-   Critique de la politique « tout à l'innovation » >< manque de personnel formé (inadéquation).



[1] En garantissant le respect par tous des réglementations sociales et fiscales.

[2] Financement structurel d'ici 2010.

[3] Afin d'évaluer, par exemple, l'objectif d'un financement de 3% du PIB.

[4] Systématiser le contrat de travail pour les doctorants, supprimer la limite d'age pour les bourses FRIA et FNRS.

[5] Applications peu nombreuses.

[6] Continuité des avantages sociaux si un emploi est décroché pour que le travailleur ne soit pas désavantagé, ceci en parallèle avec une augmentation du salaire minimum.

[7] En gros, cela correspond à une politique de la chasse aux chômeurs.

[8] L'économie sociale consiste à créer des emplois pour réinsérer des chômeurs de longue durée dans une activité structurante et accessoirement utile à la société.

[9] On pourrait ainsi échanger des salaires (13ème mois, heures supplémentaires) contre du temps libre.

Mesures

(mobilités)

CDH

PS

Écolo

MR

Transport en commun

-   Plan 1H[1]

-   Réduire la part des déplacements en voiture à 50% du total des déplacements.

-   Instaurer la gratuité des TC d'ici 2013.

-   Améliorer les fréquences de passage.

-   Améliorer les capacités.

-   Étendre le réseau de métro (ligne nord-sud).

-   Comité consultatif.

-   Améliorer les fréquences et la vitesse commerciale de la STIB via la création de sites propres et par la télécommande des feux de signalisation.

-   Poursuivre l'extension du réseau souterrain et de surface.

-   Instaurer la gratuité des TC progressivement.

-   Créer et développer une centrale de mobilité régionale.[2]

-   Amélioration de la ponctualité, fréquence, rapidité, accessibilité aisée, tarifs attractifs et confort.

-   Via sites propres et feux prioritaires, d'ici 2015 90% des lignes de tram et 50% des lignes de bus ne s'arrêtent que pour embarquer et débarquer leurs passagers.

-   Repenser le réseau de la STIB.

-   Étendre le réseau de nuit à toute la semaine et toute la nuit.

-   Améliorer l'information quant aux horaires, itinéraires, temps réel.

-   Tendre vers une gratuité pour les étudiants, les chômeurs, les vipo.

-   Appliquer une politique tarifaire aux taxis significativement attrayante pour transfert massif vers ce mode de transport.

-   Étendre le métro (sous condition)[3]

 

-   Investir dans le développement du réseau, desservir mieux les zones les plus défavorisées de ce point de vue.

-   Augmenter la capacité du matériel roulant à Bruxelles.

-   Priorité de passage au carrefour pour les trams et les bus.

-   Étendre l'horaire heure de pointe.

-   Renforcer la sécurité.

Voiture

-    Parking dans les gares.

-   Valoriser le covoiturage.

-   Permettre une utilisation de la voierie différenciée dans le temps.

-   Un point cambio à moins de 5 minutes de toute habitation.

-   Revoir la fiscalité des voitures.[4]

-   Ramener à 0 la taxe de mise en circulation et de circulation des véhicules électriques.

-   Proposer des alternatives à la voiture de société.[5]

-   Meilleur partage de l'espace public, en diminuant les emplacements de longue durée, et en reportant hors voieries les véhicules excédentaires ne trouvant pas de place s dans certains quartiers denses.

-   Encourager les navetteurs à prendre le train en augmentant les places de parking en Flandre et en Wallonie.

-   Supprimer les autoroutes urbaines au profit de Boulevard conviviaux.

-   Introduire un péage urbain sur une zone à définir.

-   Réserver des bandes de circulation pour les véhicules occupés par plus de deux personnes sur les axes de pénétration.

-   Revoir la fiscalité pour prendre en compte la consommation et les caractéristiques environnementales des véhicules.

-   Création de zones basses émissions.

-    Organiser l'offre de stationnement en surface, principe de rotation fréquente, sauf pour les riverains.

-   Construction de parking de dissuasion en bout de lignes.

-   Création de zones de basse émission uniquement accessible à ce type de véhicule.

-   Encourager la circulation de véhicules propres en les exonérant de taxes.

-   Réaménager les entrées de ville en boulevards urbains.

Usagers faibles (piétons, cyclistes)

-   Généraliser les sas vélos aux carrefours.

-   Plan ambitieux d'augmentation significative du nombre d'aménagements cyclables (rééquilibrer l'usage de la voierie au bénéfice des modes doux).

-   Instaurer la possibilité de prendre gratuitement son vélo dans les trains.

-    Mettre gratuitement les vélos publics à disposition des jeunes de moins de 25 ans.

-   Amplifier la lutte contre toutes les incivilités qui contrarient le passage des usagers faibles.

-

-   Sites piétonniers et semi-piétonniers dans chaque commune.

-   Intensifier la lutte contre la délinquance routière.

-   Pour 2015, 100% des voiries accessibles aux vélos (infrastructure sécurisante).

-   10-20% de places de stationnement en voirie transformées en parking vélo avec abri.

-   Lutte contre le vol de vélo.

-    Aménager les voiries de pistes cyclables sécurisées.

-   Système de vélo partagé performant et accessible à tous.

RER

-   Maximum de gares dans Bruxelles.

-     Meilleure déserte ferroviaire dans les bassins de population non-captés par les TC, en créant et rouvrant des gares.

-   Investir massivement dans les gares RER à Bruxelles.

-   Desserte fréquente de toutes les gares bruxelloise, construction de nouvelles gares.

-   Revendiquer un maximum de gares pour garantir une desserte intra-bruxelloise efficace.



[1] Garantir tout déplacement au sein de la région bruxelloise en moins d'une heure.

[2] Intégrera dans un même système, toutes les informations en temps réel sur tous les modes de transport, doit servir à mieux orienter le voyageur.

[3] A condition que des mesures de restriction des capacités routières soient prises parallèlement aux nouveaux tronçons de métro et qu'on ne diminue pas l'offre de transport en surface.

[4] Suppression de la taxe de circulation, prise en compte du nombre de kilomètres, la quantité de CO2 dégagée par le véhicule, etc.

[5] Proxyjob, consistant en une participation de l'employeur dans les frais d'un logement proche de l'entreprise de l'employé, par exemple.